Le pourquoi du comment de ce blog ?

J’ai mis du temps à comprendre pourquoi je créais ce blog… il m’a fallu quelques semaines.

Revenons aux prémices de la chose :

Un beau jour, ma chéwi qui en ce moment vit loin de moi (ou peut être est ce moi qui vit loin d’elle ? bref des centaines de kilomètres nous séparent !) me dit : “Hey ! J’ai fais un blog (je vous le conseille plus que le mien évidement… elle sait écrire, elle ! Et surtout, elle a des choses à partager) ! J’avais des envies d’écrire et ça me fait un bien fou !” Bon d’accord, ce n’étaient pas ses mots, mais j’ai la mémoire qui flanche un peu et je trouve que ça résume bien la situation.

Dans l’espoir de partager quelque chose de plus avec elle je rétorque aussitôt, quelle bonne idée ! Je vais me lancer aussi ! Comme ça on pourra se lire régulièrement et nous aurons des choses, des ressentis sur lesquels échanger !

Seulement, je faisais un blog pour faire un blog… Je n’avais pas d’idée de contenu, de chose à dire. Alors je pondais mon premier article de présentation en quelques secondes, le genre d’article qui résulte d’un manque d’imagination certain et qui nous donne l’impression d’être marrant (Si si je vous assure, je me suis presque cru drôle en le rédigeant)… D’où la pauvreté de celui-ci. Et puis après mure réflexion, mais surtout par simplicité (enfin ça, c’est ce que je croyais), je me suis dit qu’il serait mieux de choisir un thème, quelque chose de percutant, quelque chose qui me plait, sur lequel je pourrai faire des recherches pertinentes et intéressantes ! J’ai donc choisi le sexe et tout ce qui pouvait orbiter autour de ce mot, les articles pourraient traiter des avancées technologiques, de l’évolution des mœurs, comme d’expériences personnelles ou même des critiques de parutions… Mais une fois de plus, j’ai eu les yeux plus gros que le ventre (Oui c’est un symptôme récurrent chez moi) et je me suis vite rendu compte que pour alimenter son blog de choses intéressantes, il fallait y passer pas mal de temps.
Les jours ont défilé à une vitesse ahurissante et aucun article n’est apparu ! Bon ok, quelques sobriquets péniens sans grand intérêt, sans recherche réelle, le genre d’article pondu une fois de plus assez vite et qui après relecture semble tellement incomplet, tellement dénué de sens…

C’est aujourd’hui en écrivant ce qui me passe par la tête, sans recherche aucune, sans contrainte que je me dis : c’est ça … ce dont j’ai besoin ! Un simple vidoir de mots ou de pensées, un exutoire !

Ce sera donc un des ces blogs dans lesquels les gens racontent leur vie comme si ça pouvait intéresser quelqu’un, comme si elle était passionnante (je vous rassure par avance… Elle est toute aussi pourrie et ennuyeuse que la votre et ce blog ne fera que le confirmer), mais au moins, les mots sortent plus aisément et j’ai presque l’impression d’avoir des choses à dire, à moi même plus qu’à des lecteurs potentiels, mais au moins ça sort.

Sur ce … Bienvenu(es) sur je raconte mylife.com ! Un blog inutile à l’image de cette pièce sans valeur. (On l’a dans le portefeuille, elle nous amuse parfois… mais finalement, elle ne nous apporte rien)

piece-inutile

Pièce inutile

 

Advertisements

Qui qu’écrit ?

Un être unique, hors du temps, hors du commun, hors dur parfois (Ok, également adepte des mauvais jeux de mots) …

La preuve image.

Mon unicité ?

Elle est tout d’abord morphologique ! Je ne ressemble pas à tout le monde et  tout le monde ne me ressemble pas.
Heureusement pour eux ! Ils seraient bien tristes sinon… (Oui pour info, j’aime pas trop ma gueule en ce moment, mais par chance, ce sentiment oscille avec le temps, ça ira probablement mieux dans un futur proche.)

Ensuite je suis sans conteste plus intelligent que beaucoup de gens et en même temps bien moins que beaucoup d’autres, ce qui fait de moins un être un peu à part.

Pour terminer, mon prénom contient deux “L” (Je vous laisse chercher parmi les multiples possibilités) ! Ce qui m’octroie un “L” de plus qu’un Julien voire deux de plus qu’un maxime ! Si avec ça je ne suis pas unique …

Oui je comprends votre stupéfaction, votre vénération. Moi même je ne saurais que dire devant tant de singularité.

Ps : Je vous épargne les attraits psychologiques car ils devraient se dessiner progressivement au fil des articles.